La ligne 18 du Grand Paris

Yvelines Environnement vous fait part de ses observations, et soutient celles de ses adhérents concernés par le tracé et les impacts du projet de ligne 18 sur les espaces naturels et agricoles et leur incidence sur qualité de vie.

Et rappelle :

  • Les promesses initiales de l’Etat de construire un métro enterré,
  • Les orientations du SDRIF quant à la sauvegarde des terrains agricoles et une urbanisation maîtrisée,
  • Le nécessaire respect du Schéma régional de cohérence écologique d’Ile-de-France du 26 septembre 2013,
  • Le décret du 27 décembre 2013 pour ce qui concerne le périmètre de la ZPNAF,
  • L’avis de l’Autorité Environnementale sur le projet de ligne 18 émis en novembre 2015.

La réserve n°2 du rapport d’enquête publique complémentaire préalable à l’approbation du C.D.T « PARIS SACLAY – TERRITOIRE SUD » de procéder à l’analyse concise et formelle de la compatibilité entre la délimitation de la ZPNAF et les emprises liées à la réalisation de la ligne M18 du Grand Paris Express » de février 2016.

  • La réunion le 14 mars 2016 de la CLI du plateau de Saclay, pôle sciences et société, dont il en ressort que la CLI ne dispose pas aujourd’hui d’assez d’éléments retransmis dans le dossier d’enquête publique actuel afin d’émettre un avis, qu’il soit favorable ou non.
  • Ainsi, la participation de la CLI sera plus de poser des questions sur les manques du dossier et sur certaines incohérences.

Notamment :

- la mise à jour des études de danger concernant le CEA et CISBIO international et leur validation par l’ASN,

- la prise en compte du risque du transport de  matières nucléaires dans l’étude d’impact,

- la comptabilité du projet avec la traversée d’une zone « non aedificandi » (page 339 à 341 de la pièce G1) ceinturant le CEA et CISBIO international,

- l’efficacité des moyens mis en œuvre pour éviter les accidents pouvant porter atteinte aux installations du CEA présentant un risque nucléaire ou autre… telle l’INB 50 et la chaufferie/détente gaz.

Yvelines Environnement est opposée à la construction d’un métro en aérien, tout particulièrement dans la partie de son tracé proche des établissements du Centre d’études nucléaires et de Cisbio-international à Saclay.Yvelines Environnement soutient les observations formulées en collaboration avec l’association de Sauvegarde de Versailles et de ses Environs (SAVE).

  • Concernant l’absence de document :

Mention est faite au dossier d’études de fréquentations mais aucun document n’est présenté.  Pourtant une étude STIF est mise en avant mais non fournie (référence page 19 de J 10 (étude DRIEA de aout 2012). Etudes de fréquentation évoquées : page 19 de J 10 et page 16 de H, ex. MODUS de la DRIEA, GLOBAL de la RATP et ANTONIN du STIF. Le STIF a publié un document 19 qui donne beaucoup plus de détails que ce que l’on trouve dans la pièce H. Les résultats obtenus par le STIF confirment les ordres de grandeur obtenus par la DRIA ».

Pour aucune des trois études les informations ne figurent dans le dossier. Ni les hypothèses entrées dans les modèles, ni les résultats de sortie ne sont communiqués. Sur les serpents de fréquentation entre gares, les chiffres SGP ne sont pas détaillés. Ils devraient normalement être présentés par matrice origine-destination, des sortants, des entrants à chaque gare, ceci en HPM et en jour plein. Ce serait le seul moyen pour estimer la vraisemblance des chiffres affichés pour 2024 puis pour 2030. On constate de grandes différences entre les serpents qui figurent en page 30 de J 10 et ceux bien plus sommaires du document  H page 61. Il est clair que ce sujet est volontairement occulté par le porteur de projet. La consultation est donc viciée à la base par cette volonté d’occulter des prévisions pourtant majeures pour justifier ou non d’une utilité du projet ou étudier les possibilités d’éventuelles variantes. Relevons que la page 16 de H ne comporte aucune donnée chiffrée mais seulement du texte.

A l’évidence le chiffre affiché de 35 000 voyageurs-jours en gare des Chantiers pour la seule ligne 18 est incompréhensible et certainement sur évalué, sachant qu’à ce jour le PEM des Chantiers voit passer journellement 65 000 passagers (issus de multiples lignes : RER, Transilien, TER, TGV) irriguant de nombreuses gares desservant des zones déjà à ce jour très urbanisées.

  • Concernant les dossiers incomplets qui ne permettent pas de donner un avis nous citerons :

- Absence de gare St Aubin et parking associé (reportés à plus tard). Cette gare devait figurer dans la première phase du projet. En quoi consiste maintenant la première phase du projet ?

- Absence de l’avis de l’ASN de novembre 2015. Donc imprécisions sur les évaluations financières (gare) et expropriations ?

Quid de la fréquentation de la ligne ?

Deux autres gares ont été prévues dans les débats de 2015 : SQY2 ET Palaiseau Camille CLAUDEL.

Pas d’analyse sérieuse de ces demandes dans le dossier CEA.

Absence de précisions sur les aménagements des abords des gares pourtant Nécessaires ainsi que sur les dispositions de rabattements des piétons et véhicules vers les gares (transports en commun  et éventuels parkings relais) totalement absents du dossier. Ils devront être définis. L’analyse des dessertes actuelles du plateau (fréquentations) dont celle de  la ligne  BHQS ne figure  pas au dossier.

Aucun rappel du calendrier concernant la ligne 14 et la gare d’ORLY, ni mention du coût de cette gare qui devrait être pris en compte dans les calculs de ROI des analyses référencées succinctement dans le dossier.

  • Concernant des absences pour le dossier de Versailles :

La gare des Chantiers n’est pas décrite en plan.

L’encombrement du chantier complet n’est pas fourni, ce qui conduit à des débats peu précis sur les contraintes d’implantation de celui-ci pour la construction  de la gare.

Nous relevons également l’analyse sommaire d’une variante de localisation plus proche de la gare routière prévue au PEM des Chantiers qui aurait certainement amélioré les modalités d’interconnexions pour les voyageurs tant vers les BUS que vers les trains.

Problème des compensations pour les surfaces utilisées pour les bouches d’aération dans le domaine forestier de Versailles.

Absence d’hypothèses de constructions nouvelles de logements : où et quand seront-ils construits ?

Lien vers SAVE : http://www.save1.fr/