Réunion d’information mercredi 27 mars à la mairie de VICQ

Fuite de pétrole brut sur le pipeline d’Ile de France

La réunion du 27 mars à la mairie de VICQ est présidée par M. Michel HEUZE, Sous-préfet de Rambouillet. M. Kaltembacher, chef de l’unité départemental de la DRIEE Yvelines, assure de fait l’animation de la réunion. Présence de la DDT et de l’ARS, des services de gendarmerie, des pompiers, de l’entreprise chargée de la dépollution des rus.

Les représentants de Total présentent l’avancement de leurs obligations :

 1) Rappel de l’historique depuis la fuite détectée le 24 février et l’arrêté préfectoral du 26 février :

  1. Communiqué de Presse
  2. Moyens mis en œuvre sur le terrain : 200 personnes au début, 50 aujourd’hui, 20 entreprises
  3. Pompage de 500 m3 sur 900 m3 de fuite identifiés
  4. Mise en place de barrières et de fossés pour empêcher le ruissellement vers les rus
  5. Mesures de la pollution des terres, de l’eau et de l’air
  6. Nettoyage des berges (100 % ????)
  7. Plan de traitement des terres

 2) Evolution depuis la réunion du 13 mars :

  1. Suppression des barrages flottants et maintien des barrages filtrants, là où apparaît l’irisation.
  2. Les analyses des eaux de surface (rus ) sont « pratiquement » normales, sauf près de la fuite, « sans dépasser les taux autorisés ».
  3. Les analyses de l’air chez des riverains ne décèlent pas d’anomalie due à la fuite, et sont « acceptables » sur la zone du chantier.
  4. Impact sur la faune : 11 oiseaux, 1,5 kg de petits poissons, 11 « gros poissons », 6 «mammifères ».
  5. Pas de réponse à une question sur l’impact de la pollution sur les batraciens, en début de période de reproduction dans les zones humides, …

3) Expertise et réparation de pipe-line :

  1. Analyse du tronçon endommagé en cours à l’institut de soudure – résultats couverts par le « secret de l’instruction ».
  2. Examen des contrôles effectués avant l’incident par la robot/racleur – résultats couverts par le « secret de l’instruction ».
  3. La partie endommagée a été remplacée, le PLIF sera ré-ouvert par arrêté préfectoral, sous réserve que toutes les vérifications auront été effectuées.

4) Traitement des terres polluées :

Les analyses ont permis d’identifier les terres les plus polluées qui doivent être incinérées.

Le plan choisi consiste à excaver et à évacuer les terres polluées en centre de traitement :

  • Une partie pour être incinérée.
  • Une partie pour être remplacée après traitement, soit environ 30 000 m3.
  • Un plan de circulation des camions a été établi, en passant par Boissy-sans-Avoir.  25 camions/jour.
  • Les lieux de destination n’ont pas encore choisis. Il existe 7 centres de traitement en Île-de-France.

5) Planning fournit par Total :

  1. Nettoyage des Berges : du 2 au 23 mars (voir plus loin).
  2. Excavation des terres : de fin mars à fin août.
  3. Remplacement des terres : de début juillet à fin novembre.
Questions / Réponses :

- Contestation de la fin du nettoyage des berges du Lieutel, en particulier à cause de l’enlèvement des barrage flottants.

Réponse de la DRIEE = les riverains sont invités à informer Total  d’éventuels reliquats de pollution des berges, un constat sera fait par l’Administration.

Contacter : +33 6 95 20 01 45  -  rc-rgp-contact-PLIF@total.com

-  Qualité de l’eau des puits, l’eau peut-elle être utilisée ?

Réponse de l’hydrogéologue de Total, sur les puits déclarés les analyses ne présentent pas d’anomalies (sauf 2 puits pollués avec des polluants d’origine autre que le pétrole du Pipe). Les maires vont recevoir les résultats qui leur permettront de lever l’interdiction par arrêtés municipaux.

- Les riverains souhaitent avoir des retours sur les analyses effectuées sur leur propriétés :

Réponse de la DRIEE = Les données brutes viennent d’être communiquées aux municipalités qui les communiqueront aux intéressés. Cependant ces documents très techniques méritent un accompagnement pour leur compréhension. L’ARS ou la DRIEE sont joignables à ce sujet.

- Quand le captage de l’eau de la nappe sera-t-il autorisé ?

Réponse de la DRIEE = les analyses montrent que la nappe phréatique (622m) n’a pas  été impactée, la réouverture des captages d’eau potable a été autorisée hier.

- Qui définira l’impact à long terme de la pollution sur la faune et la flore des zones humides, en particulier sur le marais de la Bardelle, ZNIEFF de type 1, et les moyens d’y remédier ?

Réponse de la DRIEE = Selon le principe « pollueur-payeur », cela fait partie des obligations de Total suite à l’arrêté préfectoral du 26 février et devra être rappelé dans celui qui paraîtra la semaine prochaine. Les associations naturalistes sont invitées à  faire connaître à la DRIEE tous les éléments connus en matière de biodiversité afin qu’il en soit effectué un suivi .

- Plan de circulation pour l’acheminement des terres polluées. Les habitants s’interrogent sur le choix du tracé du parcours des semi-remorques et des nuisances pour les riverains.

Total = le trajet a été concerté avec les municipalités et la sous-préfecture. Plusieurs solutions ont été envisagées, le trajet choisi tient compte des contraintes de l’étroitesse de la chaussée, la circulation sera interrompue  lors du passage des cars scolaires.

- Combien de plaintes ont été enregistrées ?

Gendarmerie = 4 plaintes ont été enregistrées.

Municipalités = A ce jour nous n’avons pas encore déposé plainte.

- Question sur les causes des incidents précédents, en particulier celui de 2014 :

Réponse = un engin de chantier avait percuté le pipeline.

En savoir plus : http://www.yvelines.gouv.fr/Actualites/Rupture-du-pipeline-Ile-de-France

En cas de question