Incendie à la station d’épuration du SIAAP à St Germain-en-Laye

Réunion du 8 juillet en sous-préfecture de St-Germain-en-Laye :

«  Le Préfet endosse toute la responsabilité quant à l’information des populations et les mesures de sécurité prises immédiatement :

  • L’Incendie du bâtiment de clarifloculation (enquête en cours sur les causes) a engendré des fumées dues à la combustion de contenants en plastique.  Son arrêt a eu pour conséquence un déversement d’effluents non traités dans la Seine et un appauvrissement en oxygène entraînant la mort des poissons.
  • Le degré de toxicité des fumées n’a pas donné lieu à des mesures de confinement de la population. Uniquement des dispositions internes au SIAAP ont été prises.
  • Des maires des communes riveraines questionnent sur la rapidité des mesures d’alerte, … et sur les délais de mise en place du PPI. Réponse : le PPI est prêt et doit être présenté en CSS en septembre.
  • Toutefois, étant donné l’inquiétude des populations environnantes, à la vue du « nuage » de fumées, ne faudrait-il pas prévoir des dispositions d’alerte des maires dans le POI (plan d’organisation interne) ? Le Préfet note ce besoin, et demande qu’une information externe immédiate soit introduite dans le POI.
  • On a constaté une mortalité plus importante des poissons depuis deux jours, on parle de 5 tonnes de poissons morts. Problème important à Méricourt. L’odeur devient « gênante » !   Des mesures d’urgence d’enlèvement ont été prises.
  • Évacuation des poissons morts à Poissy et Conflans-Sainte-Honorine.
  • 36 espèces de poissons seraient concernées. On parle de 3 à 4 années pour un retour à « l’état d’avant ».
  • Questions sur les actions prises à l’intérieur de l’entreprise : Rappel qu’il s’agit d’un site SEVESO et que le personnel a une formation adaptée. En matière de sécurité, tout est contrôlée par la DRIEE. Une étude de danger est réalisée tous les 5 ans. Un plan d’organisation interne (POI) est mis en place avec les pompiers. En l’occurrence, une cellule de crise a été mise en place très rapidement.
  • Concernant les moyens mis en place pour la sécurité sanitaire et le traitement des eaux usées :
    • Un arrêté préfectoral a été pris en urgence pour limiter les activités humaines sur la Seine en aval de l’usine (baignade, …),
    • Les Administrations ad hoc sont opérationnelles,
    • Des mesures ont été effectuées dans le panache de fumées, dont les analyses donnent les résultats de toxicité inférieures aux normes,
    • Le SIAAP évacue les poissons morts en relation avec les associations de pêches et effectue des analyses piscicole des conséquence d’évacuation d’eaux usées en Seine,
    • Pour le traitement des eaux usées, le SIAAP fait appel aux moyens des usines de Colombes et de Triel-sur-Seine – délai d’environ 3 ans pour reconstruire l’unité de clarifloculation – et peut traiter le phosphore dans les ouvrages existants. »

Ce compte-rendu n’est pas exhaustif…

Patrick Menon, vice-président d’Yvelines Environnement

La PRESSE :